Idée dépassée, mon cul !

L’insignifiance même. À peine plus pertinente qu’un sourd qui analyse la musique de Bach, à peine moins inutile que le lobby de l’oxygène. Non, je ne parle pas de Coderre qui semble se réjouir que Couillard et sa bande soient majoritaires (il faut dire qu’il aime bien côtoyer les voleurs qui se prennent pour des politiciens, notre bon Denis). Je ne parle pas non plus de Labôme qui ne veut pas que des petits-vieux résident au Concorde. Non, le symbole de la décadence intellectuelle s’est plutôt incarné la semaine dernière en la personne de Lysianne Gagnon, cet espèce de monstre de Frankenstein qui semble errer dans l’enceinte de la Presse depuis des années, persévérant à essayer de dire plus de niaiseries qu’André Pratte.

En effet, madame Gagnon, toujours d’actualité, semble vouloir se mériter une claque derrière la tête de la part de tout être doté d’intelligence en s’en prenant à l’indépendance du Québec d’une manière aussi habile qu’un vendeur de roteux qui tente de vendre du caviar. Dans un duo d’articles nommés gracieusement « Une idée dépassée », Lysianne Gagnon, sœur spirituelle de Bob Gratton, s’en prend à cette vieille idée qu’est l’indépendance, idée qui, selon elle, ne séduit plus les québécois, considérant les résultats des dernières élections. Selon cette même intellectuelle de pacotille, l’indépendance n’a toujours été qu’une idéologie minoritaire, propagée grâce aux enseignants et communicateurs qui ont réussi à convaincre la génération « baby-boomeuse » de voter pour le Oui, mais qui néanmoins ont perdu.

Délire hallucinogène? Abus de drogues dures? Est-ce que Lysianne Gagnon serait gelée à l’héroïne lorsqu’elle vomit ses chroniques? Parce que, disons-le, 33% des votes sont allés à des partis indépendantistes. 33%, c’est un tiers, une personne sur trois. Depuis quand est-ce qu’on considère comme morte une idée quand un tiers d’une population la soutient? Et là-dedans, on ne compte pas les indépendantistes qui ont voté pour le PLQ ou la CAQ (parce que ça existe), on ne compte pas non plus ceux qui n’ont pas voté. Bien sûr, notre chroniqueuse préférée ne semble pas être assez brillante pour comprendre que le Parti Québécois n’a pas le monopole de la souveraineté, or c’est bel et bien le cas.

D’ailleurs, notre brave justicière de la connerie, si elle allait prendre une peu d’air frais au lieu de rester parmi les odeurs nauséabondes de Power Corporation, réaliserait que le monde réel n’est pas celui qu’elle s’invente : un monde où l’indépendance est l’apanage des baby-boomer nostalgiques, mais plutôt un endroit où les jeunes aussi ont la fibre séparatiste. Pas besoin d’être né en 1960 pour être souverainiste, chose.

À l’époque du philosophe présocratique Solon, seule une minorité s’opposait au régime tyrannique. Si on suit le raisonnement de notre experte en à peu près rien, la démocratie était donc une idée dépassée. Or, si je ne me trompe pas, nous ne sommes pas dans un régime tyrannique présentement. Faut-il travailler à la Presse pour comprendre les vraies affaires, ou est-ce plutôt Lysianne Gagnon qui est dans le champ?

De toute façon, elle est dépassée par quoi, cette fameuse idée d’indépendance? Par la hauteur des montagnes rocheuses? Par la grosseur du biais journalistique inhérent au chroniqueurs de Gesca? Dépassée sur l’autoroute par un gars qui roule à 140 km/h et qui finit par se tuer en pognant le clos? Dépassée par le tour de taille du docteur Barrette? Dépassée par la futilité des papiers de Lysianne Gagnon?

Non, l’indépendance n’est pas une idée dépassée, c’est plutôt une idée qui dépasse. Une idée qui dépasse le cadre d’un débat basé sur des chiures de mouches et autres détails administratifs qui accaparent toute l’attention des clowns qui nous servent d’analystes politique. La souveraineté, c’est plutôt une idée qui ne meurt jamais, qui ne séduit pas parce qu’elle n’a pas besoin de séduire. Elle est là, tout simplement.

 
« La liberté, l’indépendance, ça c’est bien plus vieux que les patriotes, ça date du début de l’histoire de l’humanité. »
Pierre Falardeau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s